dimanche 22 août 2010

13 avril 1938 : Jane est à Lyon


"Mon cher homme,
Rassure-toi sur notre compte, notre voyage s'est très bien passé, sans retard, et comme envisagé, avec autorail à Grenoble et arrivée exacte. Je n'ai pas été bien fatiguée, ça m'a étonnée. Les sœurs et la fille nous attendaient, et on a pris un taxi, pour 12 F 50 à 5 personnes, c'est intéressant. Chacune des marraines et Suzie vont bien. Cette dernière est à l'école aujourd'hui, jusqu'à 4 h. Elle va même à une petite retraite, de 11 h à midi, depuis lundi ! J'espère qu'on en fera une sainte. La pauvre gosse a de vilaines dents, ça m'ennuie, mais sa santé est bonne, il paraît qu'elle n'a pas eu de rhume de poitrine de tout l'hiver.
Jean est content, il fait beau, mais ce n'est pas le beau ciel provençal, et il fait très frais. Mais je trouve que les arbres sont plus feuillus qu'à Digne.J'ai trouvé le parcours très beau jusqu'à Grenoble. J'ai voyagé seule avec une dame âgée charmante, qui habite Grenoble 6 mois sur 12, l'hiver à Nice, et l'été près de Digne, à Mézel. Elle m'a invitée à aller la voir, à l'occasion.Tu remarqueras les hautes barrières placées le long de la voie ferrée, entre St Auban et Grenoble. Elle sont destinées à arrêter la neige. Le trajet en autorail a été plutôt agréable, à part qu'il faisait un peu chaud, mais pas d'odeur d'essence. Nous n'avons pas eu à payer de supplément.
Et toi, "chéri", que deviens-tu ? Ne languis-tu pas trop ? J'espère que tu te soignes le mieux possible, et nous arriveras bientôt avec de bonnes joues.On n'a pas de nouvelles des Dumas depuis quelques temps. Tante Jeanne viendra peut-être aujourd'hui. Je ne vois rien d'autre à te signaler. Au revoir, à bientôt, tout le monde t'embrasse, et je t'adore toujours.
Ta vieille femme"


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci Viviane de continuer toutes ces lectures de lettres pour nous.

1938 et toujours le grand amour, c'est impressionnant.

Bises

Hélène